Critique : La Doudoune Atom AR Arc’teryx

Pour le premier article de cette série de critiques d’équipement de sport pour femmes, j’ai choisi le vêtement qui est à l’origine de tout le projet des Poules Mouillées. Depuis 2012, ma doudoune Arc’teryx Atom AR me suit dans pratiquement toutes mes sorties de plein-air. Elle en a vu de toutes les couleurs et il est temps de faire le bilan sur sa performance.

En vente ici

ISOLANT : Synthétique Corelofttm

PRIX : 299$ +tx

ACTIVITÉS : trop nombreuses pour être énumérées

POIDS : 415g

GARANTIE : Garantie limitée Arc’teryx

DATE D’ÉCRITURE : Mars 2019

Fonction et spécifications

Couche isolante légère, Arc’teryx la classe comme étant respirante et coupe-vent. Elle est très utile dans un système multicouche, tant comme couche isolante que couche externe. Les poignets sont cintrés par un gasket en élastique, et les poches sont doublées pour garder les mains au chaud. La capuche est ajustable autour du visage et un élastique derrière la tête l’empêche de nous tomber dans les yeux.

Points positifs

J’ai beaucoup de choses positives à dire sur cette doudoune. D’abord elle est franchement performante même mouillée. Elle garde au chaud peu importe les conditions et sèche en quelques minutes. Elle est versatile, dans le sens qu’elle peut être adaptée aux conditions climatiques toute l’année en la combinant ou pas avec d’autres couches. Par exemple, elle peut servir de couche extérieure pour les activités aérobiques intenses d’hiver (comme le ski de fond dans les grands froids), ou pendant les pauses lunch d’une rando printanière. Elle est aussi plus chaude qu’une laine polaire et peut donc servir de couche intermédiaire et/ou isolante, sous un shell, pour les sports moins intenses et les balades en ville.

Elle a un poids similaire aux autres produits Arc’teryx semblables, c’est-à-dire qu’elle est plutôt légère sans être spectaculaire. Cependant, le fit permet tant de mouvements et les matériaux utilisés sont si doux qu’elle semble extrêmement légère lorsqu’on la porte. L’Atom est facile à entretenir. Elle ne tache pas et on la lave comme n’importe quel autre vêtement technique : laveuse et savon doux. Il est même conseillé de la faire sécher par culbutage pendant 10 minutes et la suspendre pour la suite.

Elle est sans aucun doute durable. Après 6 ans et demie à la porter plusieurs fois par semaine, elle me garde toujours au chaud même si c’est dans une moindre mesure. Et je ne l’ai pas épargnée; elle m’a servi à moins 30° dans mes sorties de course, en snow hors-piste, en rando été comme hiver, en camping, à vélo, etc. C’est dans ces situations que l’on peut mesurer la valeur ajoutée de toute la recherche et développement que cette compagnie fait pour sa production.

Points négatifs

Elle a deux problèmes majeurs, en l’occurrence la fermeture éclair principale et le fit autour de la poitrine. La fermeture éclair refuse de rester en place, peu importe jusqu’où elle a été montée. Même lorsqu’elle est complètement remontée, elle glisse rapidement vers le bas. Lors d’une sortie de course, je dois constamment la remonter et le problème a commencé dès les premières semaines après l’achat. Mentionnons cependant que les nouveaux modèles ont une technologie de fermeture éclair bien supérieure à celle qui se trouve sur la mienne et qui semble avoir réglé la question.

Mais l’aspect le plus ennuyant de ce vêtement est qu’il manque de place pour mon bonnet A. C’est-à-dire que, quand je monte la fermeture éclair et que je laisse tomber mes bras, il manque de tissus devant la poitrine. Ce problème de design se répète dans tous les modèles de couches isolantes et intermédiaires non extensibles, et devient encore plus désagréable combiné avec la fermeture éclair déficiente. Je n’ose pas imaginer comment une fille avec un bonnet D se sent là-dedans. En date du 12 mars 2019, on avait toujours pas fait de changements au buste, ni pour ce modèle-là, ni pour les autres.

Sans être un problème majeur, la compressibilité de l’article pourrait être améliorée. Il est vrai que l’isolant est synthétique et non en plume, et c’est peut-être dans la nature même du synthétique d’être plus volumineux.

Question d’être rigoureuse, je tiens aussi à inclure une petite note sur les façons dont on pourrait améliorer la durabilité du vêtement, malgré sa performance actuelle remarquable. Les premiers signes d’usure sont apparus sur les élastiques autour des poignets et, récemment, l’isolant qui commence à se déplacer et se chiffonner à l’intérieur de l’enveloppe pendant le lavage. Sans que cela ne réduise considérablement la performance, il y a place à l’amélioration.

Conclusion

L’Atom AR est rough and tough, mais sa coupe a besoin d’être améliorée.

Versatilité 5/5

Matériaux 3.5/5

Fit 3/5

Durabilité 4.5/5

Note générale 4/5

Photo d’entête : Arc’teryx

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s